Nos masques TAÏPAN ( Ultimate Edition remastérisé ) ont étés soumis au passage et au contrôle du laboratoire Français CRITT Sport Loisir, afin d'obtenir le certificat de conformité CE avec la norme  PYVS-002 et EN166B, donc l'autorisation officielle de pouvoir commercialiser nos masques sur le national comme l'international.

Ici l'obtention du certificat de conformité CE ainsi que l'accréditation cofrac du CRITT selon la norme NF EN ISO/CEI 17025 sous le numéro N°1-1570 pour son laboratoire. La portée d'accréditation est consultable sur le site du COFRAC www.cofrac.fr 

Dans le cadre de son activité d'essais et de certification, le CRITT SPORT LOISIRS dispose et met à disposition des moyens techniques suivants dont le laboratoire d’essais EPI Sport (Equipement de Protection Individuelle).

Enfin, le CRITT Sport Loisirs est expert OSEO et apporte son expertise dans les projets d'aide à l'innovation dans le domaine du sport et des loisirs.

  

NOTRE NORME CE :

Nos masques TAÏPAN ont donc été téstés dans ce laboratoire Français où ils ont développé un protocole spécial pour la pratique de l'airsoft appelé " PYVS-002 ". Ces derniers ont aussi passé les tests EN166 B dont vous pouvez retrouver l'indication sur le rapport officiel au dessus, ainsi que sur les écrans des nouvelles versions.

Explication :

Après avoir passé la norme EN166B, le CRITT nous a aiguillé et proposé officiellement de faire appeler  notre norme " PYVS-002 "sur la notice, afin d'être vendue aux assurances et en être reconnue au même titre que la norme EN166B. 

Nous avons accepté auprès du laboratoire que notre norme officielle sur le papier ( notice ) soit appelé PYVS-002, bien que le masque soit aussi passé par la norme EN166B. 

La norme " PYVS-002 " n'est pas encore reconnue par les assurances car le processus d'habilitation est long. Le rapport de test ci dessus ainsi que les normes visibles sur les écrans sont normalement suffisant pour ne pas vous inquiétez avec les assurances. Si problème il devait y avoir, nous nous engageons à faire les démarches nécessaires auprès de votre organisme d'assurance.

Nos masques " NewHope et KAAC " ont étés soumis au passage et au contrôle du laboratoire Français ALUTEC, afin d'obtenir le certificat de conformité CE avec la norme EN166B, donc l'autorisation officielle de pouvoir commercialiser nos masques sur le national comme l'international.

ALUTEC est accrédité COFRAC depuis 2004 et est aussi habilité comme organisme notifié (n°2009) par arrêté des ministères chargés du travail et de l'agriculture en décembre 2007 pour les examens CE de type des Equipements de Protection Individuelle (EPI) de type II.

Les tests comprenant la norme EN166 B en laboratoire.
- Même tests que : l'EN 169 filtre de soudage
- EN 170 filtre pour l'ultraviolet
- EN 171 filtre pour l'infrarouge
- EN 172 filtre de protection solaire pour usage industriel

EN 166 B : Impact à moyenne énergie, résiste à une bille de 6 mm et de 0,86 gr à 120 m/s
Résistance à 120m.s-1, soit 6,19 Joules ?(248,84m.s-1 / 816 FPS avec une bille de
0.20g). Élastique de maintien obligatoire pour certifier la monture. Cette certification
impose une adaptation morphologique optimale. L’utilisateur doit vérifier n’avoir aucun
espace qui pourrait permettre à un projectile de passer entre la protection et sa peau.
Protection adaptée au jeu avec des répliques de puissance inférieure à 2 joules.


1 - Champ de vision (166-CV04) / EN170 : 2003 (170-CV04) / EN 172 1995 A1 2000 A2 2001 (172-CV04)
Cet essai permet de mesurer la partie de l’espace visible à travers un masque ou des lunettes, en vérifiant le contour de la monture à l'aide d'ellipse.
L’échantillon est conforme si la monture des lunettes ne gène pas la vision.

2 - Contrôle marquage et information (166-MI08) / EN170 : 2003 (170-MI08) / EN 172 1995 A1 2000 A2 2001 (172-MI08)
Tous les marquages (oculaires et montures) doivent être clairs et permanents.
Le marquage doit être visible lorsque le protecteur complet est assemblé et il ne doit pas empiéter sur le champ de vision minimal.
En dehors de cette zone, le marquage ne doit pas gêner la vue du porteur.
Le marquage des oculaires doit comprendre les informations techniques appropriées :
numéro d'échelon, identification du fabricant, classe optique, résistance à l'arc électrique de court-circuit,
non adhérence du métal fondu et résistance à la pénétration de solides chauds, résistance à la détérioration des surfaces par de fines particules,
résistance à la buée des oculaires, oculaire d'origine/de remplacement, résistance aux particules lancées à grande vitesse à des températures extrêmes, marque des oculaires feuilletés.
Le marquage des montures doit comprendre les informations techniques appropriées : identification du fabricant, numéro de la présente norme européenne,
domaine d'utilisation, solidité renforcée et résistance aux particules lancées à grande vitesse, résistance aux particules lancées à grande vitesse à des températures extrêmes,
montures conçues pour une petite tête, numéro d'échelon d'oculaire le plus élevé.
Les protecteurs de l'œil dont la monture et les oculaires forment un tout, doivent avoir un marquage apposé sur la monture.
Ce marquage doit comprendre le marquage complet de l'oculaire, un tiret, le numéro de la présente norme et les symboles appropriés indiquant le domaine d'utilisation et le niveau d'impact.

3 - Différence de puissance prismatique (166-DP05) / EN170 : 2003 (170-DP05) / EN 172 1995 A1 2000 A2 2001 (172-DP05)
Ce test a pour but d'évaluer la différence de puissance prismatique d'une monture en mesurant les déviations, horizontale et verticale, des faisceaux traversant les oculaires.
L'interprétation des résultats dépend de la norme testée.

4 - Facteur de transmission dans le visible (166-FT07)
Cet essai permet de mesurer au point de référence, le facteur de transmission d’un filtre (visible et UV), de déterminer sa catégorie et de contrôler les exigences relatives à la conduite automobile
et aux usagers de la route (reconnaissance des feux de signalisation).
Il existe 5 catégories de filtres du plus clair (Cat 0) au plus foncé (Cat 4). Les exigences de la transmission des UV sont différentes en fonction de la catégorie.

5 - Lumière diffusée (166-LD04) / EN170 : 2003 (170-CV04) / EN 172 1995 A1 2000 A2 2001 (172-LD04)
Ce test permet de déterminer le facteur réduit de luminance d’un écran. Ce test caractérise la lumière diffusée par l'éclairement de l'oculaire.
Les échantillons sont conformes si la valeur du facteur de luminance réduit entre dans la tolérance décrite dans les normes appropriées.

6 - Puissance optique (166-PO05) / EN170 : 2003 (170-PO05) / EN 172 1995 A1 2000 A2 2001 (172-PO05)
Le but de ce test est de mesurer les valeurs des puissances sphériques, astigmatiques et prismatiques des oculaires. Les mesures sont effectuées au point de référence.
L'interprétation des résultats, en ce qui concerne la puissance optique, dépend de la norme testée.

7 - Qualité de matière et de surface (166-MS04) / EN170 : 2003 (170-MS04) / EN 172 1995 A1 2000 A2 2001 (172-MS04)
Ce test a pour but de mettre en évidence tous les défauts de matière et de surface présents sur les oculaires des équipements de protection individuelle de l’œil et les oculaires ophtalmiques.
La zone d’observation est de 30 mm autour du point de référence, elle exclue une zone marginale de 5 mm à partir du bord du verre. De nombreux défauts peuvent être observés sur ce dernier
(ex : bulles, inclusions, piqûres, craquelures…).

8 - Résistance à la corrosion (166-RC01) / EN170 : 2003 (170-RC01) / EN 172 1995 A1 2000 A2 2001 (172-RC01)
Cet essai permet de tester la résistance des équipements de protection individuelle de l’œil (possédant des parties métalliques) contre la corrosion, dans une solution aqueuse.
L’échantillon est conforme si l’on observe aucune oxydation ni aucun défaut d’aspect.

9 - Résistance à l'inflammation (166-RI02) / EN170 : 2003 (170-RI01) EN 172 1995 A1 2000 A2 2001 (172-RI01)
Ce test a pour but de contrôler le comportement d’un équipement de protection de l’œil ou d’une paire de lunettes ophtalmiques au contact d’une baguette montée à 650 °C.
L’échantillon est conforme s’il ne s’enflamme pas, et s’il ne reste pas incandescent après le retrait de la tige d’inflammabilité.

10 - Solidité minimale (166-SM01) / EN170 : 2003 (170-SM01) / EN 172 1995 A1 2000 A2 2001 (172-SM01)
Ce test a pour but de mesurer la déformation permanente du pont d’une paire de lunettes solaires ou ophtalmiques en exerçant sur cette dernière une force de 5 N sur une distance égale à 10 %
de la valeur inter pupillaire; et donc de mettre en évidence la solidité minimale ou la déformation du pont d’une paire de lunettes.
L’échantillon est conforme si l’on ne constate pas de fracture ou de fissure sur l’ensemble de la monture, si la déformation permanente
est = 2 % de la distance inter pupillaires, et si le verre d’essai ou l’oculaire ne se fracture pas et reste dans son logement.

11 - Solidité renforcée (166-SR07)
Ce test permet de vérifier la résistance d'un protecteur complet à des chocs, frontaux et latéraux, produits par une bille en acier, de diamètre nominal de 22 mm, ayant une masse de 43g, les frappant à une vitesse d'environ 5,1m/s.
L'échantillon est conforme si l'on ne constate aucune fracture ni aucune déformation de l'oculaire.

12 - Solidité renforcée sur oculaire seul (166-SR06) / EN170 : 2003 (170-SR06) / EN 172 1995 A1 2000 A2 2001 (172-SR06)
Ce test permet de vérifier la résistance d'un oculaire seul, produit par une bille d'acier, de diamètre nominale de 22 mm, ayant une masse de 43g, le farppant à une vitesse d'environ 5,1 m/s.
L'oculaire est conforme si l'on ne constate aucune fracture ni aucune déformation de l'oculaire.

13 - Stabilité à température élevée (166-TE01) / EN170 : 2003 (170-TE01) / EN 172 1995 A1 2000 A2 2001 (172-TE01)
Cet essai permet de tester la résistance des montures de lunettes ophtalmiques contre les températures élevées.
Le but de ce test est de connaître la déformation de l’ouverture des branches engendrée par une exposition à une haute température (55°C). L'échantillon est conforme si la déformation n'est pas supérieure à +6 mm et -12 mm
(en ce qui concerne les grandes montures) par rapport à sa position d'origine.

14 - Variation du facteur de transmission (166-VFT7) / EN170 : 2003 (170-VFT9) / EN 172 1995 A1 2000 A2 2001 (172-VFT9)
Ce test permet de contrôler la variation du facteur de transmission dans le visible (comparaison entre deux mesures) et dans les UV d'un même filtre.
La tolérance de variation est différente selon la transmission des oculaires.

15 - Résistance aux rayonnements UV 50h (166-RRU8) / EN170 : 2003 (170-RRU8) / EN 172 1995 A1 2000 A2 2001 (172-RRU8)

Il faut savoir que tout a été réalisé avec vos suggestions, vos idées, vos recommandations et conseils, notamment ceux de mes 75 joueurs ambassadeurs dans le monde. De notre côté, nous apportons le budget pour réaliser les priorités de la majorité d'entre vous. Rien est fait sans vous. Vous, joueurs, avez créé ce produit et nous en sommes fier. Nous sommes fiers de notre collaboration avec vous tous.